Rapport de la séance 1,5 - Effroi dans les collines hurlantes

Aller en bas

Rapport de la séance 1,5 - Effroi dans les collines hurlantes

Message par Réducteur le Sam Jan 27, 2018 12:27 pm

Le vent soufflait sur Atteävalto, particulièrement du côté de la maison du guérisseur qui se trouvait à l’écart de la ville, près d’un petit bosquet. Les breloques que Doeth (« Sage » en géant) avait ramené des collines s’entrechoquaient au bout d’une cordelette : un pendentif de cuir, un anneau en bois et un bracelet en bronze. Si quelqu’un s’était trouvé là en cette froide nuit de janvier, était monté sur le toit de chaume délabré et s’était penché discrètement au dessus du trou de la toiture, il aurait pu apercevoir deux firbolgs dans la chaumière, éclairé par la lueur du foyer au centre de la pièce.

Doeth prit deux gobelets, l’un en étain et l’autre en cuivre. Il y ajouta une pincée de d’herbes sèches et une louche d’eau bouillante.
– Tiens Deilen (« Feuille » en géant), ça devrait de faire du bien, dit-il en tendant un gobelet à la firbolg assise devant lui.
Un corbeau sauta sur la table en croassant.
– Oui, oui, j’arrive. Doeth plongea sa main dans un sac et en sortit des graines qu’ils dissémina dans toute la pièce. Tiens, ça te fera du bien un peu d’exercice.
Le corbeau croassa une nouvelle fois avant de se jeter sur des graines dans un coin de la pièce.
– Bien, maintenant peux-tu me raconter ce qui s’est passé ? Si tu en as la force bien sûr. Et surtout qu’est-ce que vous faisiez dans une région aussi inhospitalière que ces collines ?
Elle pencha la tête sur son gobelet, prit une gorgée et commença son récit.
– Nous ne pouvions pas rester dans les plaines, nous étions trop exposés. Et nous avons aperçus des lapins de taille démesurée. Nous ne voulions pas tomber sur un de leur prédateur… Nous avons fait route vers le nord, en espérant trouver un abris dans les collines.
– Mmh, les animaux semblent décidément étranges dans ces régions. Nous avons croisé des loups et un puma qui semblaient affamées. Si leurs proies sont atteintes de gigantisme, pas étonnant que les prédateurs ne trouvent rien à manger.
– Nous avons monté notre camp dans la forêt. Ils nous ont attaqué par surprise, en pleine nuit, on y voyait goutte. Nous nous sommes rendus invisibles dans l’espoir de leur échapper, mais cela ne les a pas perturbé le moins du monde. Comme tu as dû t’en rendre compte, ces créatures troglodytes sont aveugles... Il se sont jeté sur nous, nous n’avons rien pu faire. Il nous ont attaché, tous sauf… Maen (« Pierre/Rocher » en géant)… Sa voix se mis à trembler.
«  Ils l’ont dévoré vivant… Juste devant nous… Sans même le tuer avant.
Doeth posa une main sur son épaule.
– Oui, nous avons trouvé son squelette et nous l’avons enterré dignement. Je suis désolé… Tout est de ma faute… Je n’aurais pas du vous laisser… J’aurais dû…
– Non, c’est une bonne chose que tu n’ai pas été là, tu n’aurais rien pu faire, ils étaient trop nombreux et alors personne ne serait venu nous sauver. Ils nous ont emmené dans ce lieu étrange où le vent chantait. Un lieu bien trop beau pour des créatures aussi stupides et sanguinaires, dit-elle en serrant les dents. Là-bas, Crann (« Arbre ») a subit le même sort que Maen, ils l’ont démembré et ont chacun gardé un morceau, comme si c’était un vulgaire en-cas. Ils nous ont alors enfermé dans deux petites chambres taillées dans la paroi, avant de nous descendre le lendemain dans le gouffre où tu m’as trouvé. Là ils sont venus les chercher un par un, j’ai entendu chacun de leurs cris, un part un… Dit-elle en regardant Doeth dans les yeux. J’allais être la prochaine lorsque j’ai entendu des notes puissantes à l’extérieur. Les monstres ce sont précipités vers le bruit, le fracas du combat se répercutait dans la grotte et puis plus rien. J’étais seule pendant un temps interminable avant que vous arriviez.
– Le combat a été éprouvant, la terre elle-même semblait vomir ces créatures sans interruption, seuls les cors gnomes nous ont permis de les vaincre, ces humanoïdes devaient compenser leur manque de vue par une ouïe très fine et le vacarme les a assourdi. Nous n’avons pas voulu prendre le risque d’entrer dans la grotte avant d’avoir pensé nos blessures et pris un peu de repos. Qui aurait pu dire combien il en restait ?
– Je comprends, heureusement vous êtes arrivés le lendemain. Et tout cela à cause d’un diablotin qui se faisait passer pour un dieu ?
Doeth assis en face d’elle enfonça son couteau dans la table au milieu d’une tête cornue qu’il avait gravé sans s’en rendre compte.
– « l’Esprit de la pierre », dit-il d’un geste théâtral. Maudit diable oui ! Et dire que nous avons faillit le croire et prendre nos jambes à notre cou. Heureusement que notre ami Badul a réussi à le mettre assez en rogne pour qu’il révèle sa vrai nature. Et cette vermine s’en est sortit sain et sauf. Mais je le retrouverai et ce jour là je lui ferai comprendre qui de nous deux est capable de parler à la pierre et la roche.
– Lui et ces nains qui nous ont mené à ce désastre, ils le paieront, dit Deilen d’une voix tremblante. Qu’allons nous devenir Doeth ? Nous n’avons plus d’endroit où vivre, notre clan est mort...
– Notre maison se trouve ici à présent. Cette ville m’a l’air plus accueillante que je ne le pensais. C’est une colonie naissante à l’écart du monde. Ils ont l’habitude de voir des races étrangères et ce sont surtout des colons épris de grands espaces et de nature sauvage qui se sont aventurés aussi loin à l’ouest.
– Crois-tu qu’il l’ont sentit comme nous ?
– L’appel de cette étrange forêt ? Je ne sais pas. Mais des bûcherons ont aperçus un être du petit peuple en détresse. Si cette forêt nous a appelé c’est peut-être qu’elle a besoin de nous. Je vais aller y jeter un coup d’œil dans une semaine avec d’autres aventuriers.
– Je viens avec toi.
– Non tu dois prendre du repos, tu es trop faible après tant de jours sans manger et ce que tu as subi.
– Mais…
– Je ne prendrais pas d’autre risque avec le peu de ce qui reste de ma tribu.
– Alors je pourrais peut-être proposer mon aide au forgeron, ça m’a l’air d’être quelqu’un de sympathique et avec toute la ferraille que vous lui avez ramené, il va avoir du travail. Je ne peux pas rester ici à rien faire alors que des meurtriers se pavanent à l’extérieur.
– Excellente idée, nous devons nous intégrer au mieux ici si nous voulons y vivre.

Le vent soufflait de plus en plus fort sur Atteävalto. Si quelqu’un s’était trouvé là en cette froide nuit de janvier, il aurait pu apercevoir deux firbolgs par la fenêtre de la chaumière, éclairé par la lueur du foyer au centre de la pièce. Deux firbolgs debout qui se serraient dans les bras l’un de l’autre pour essayer vainement d’éteindre la haine qui embrasaient leur cœur. Une haine presque palpable qui figea pendant un bref instant tous les animaux qui s’affairaient autour de la maison. Un loup qui passait avec sa meute releva sa tête, les oreilles dressées. Un renard se figea, un faisan dans la gueule et une belette piailla pour rappeler ses petits à l’ordre et les protéger. Le vent capta cette rancœur et l’emmena loin à l’ouest, vers les collines. La rafale se mua en une note claire, pure en traversant un orifice taillé dans la roche et continua son chemin jusqu’à une arche en pierre. Là, la brise s’engouffra et se divisa en passant à travers de multiples trous également taillés dans des pierres dressées pour former une mélodie. Comme pour mettre des mots sur cette rancœur, cette rage qui venait de la petite chaumière du guérisseur. Au loin d’autres notes résonnèrent dans les collines, comme un appel à l’aide qui résonnait dans ces contrées rocailleuses.

Mais rare sont ceux qui s’aventurent à l’extérieur du village la nuit et encore plus rare sont les personnes capables de comprendre l’ancienne langue des géants.

Réducteur

Messages : 31
Date d'inscription : 26/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapport de la séance 1,5 - Effroi dans les collines hurlantes

Message par derval le Mer Fév 07, 2018 9:17 am

Au revenir des collines hurlantes, Flyx raconte les aventures de leur petit groupe à quelques habitués de la taverne. Des émotions contradictoires semblent habiter la jeune femme, heureuse d'être rentrée en vie et émerveillée par la découverte de vestiges d'une civilisation gnome mais meurtrie par le deuil des deux firbolgs revenus avec elle.

Le récit de Flyx décrit les collines hurlantes comme un territoire hostile aux multiples prédateurs (loups, cougars, wyverne), où le voyage est ralenti par des ravines et des flancs de collines menaçant de s'ébouler sous le pas des aventuriers. Questionnée sur la wyverne par un de ses compagnons, la jeune femme raconte avoir vu un dragon à queue de scorpion piquer sur un chevreuil de bonne taille et l'emporter dans les airs comme s'il s'agissait d'un vulgaire rongeur. Elle est ensuite repartie vers les contreforts montagneux au nord où se trouve probablement son nid.

[...]
-Le deuxième jour de notre expédition, reprit Flyx après un verre de vin épicé, Barberousse repère du sang séché et des traces de combat, ainsi qu'un fémur vraisemblablement utilisé comme massue et quelques babioles que notre druide identifie comme appartenant à un firbolg de sa connaissance. Ces traces nous mènent vers le cadavre de l'ancien compagnon de Doeth, qui cherchait avec ses compagnons une terre d'exil dans les environs. Il semblait avoir été en partie mangé par des créatures humanoïdes peu civilisées... (Devant les mines horrifiées de son auditoire, Flyx change rapidement de sujet.)

[...]
-Sur la route menant à l'endroit mentionné par Herbert, nous tombons sur une étrange pierre dressée qui semble très ancienne. Le vent s'engouffre dans un trou percé en son centre et fait résonner une note apaisante. C'est à la fois simple, joli et ingénieux. Nous croisons plusieurs de ces pierres avant d'arriver à l'escalier que nous cherchons. Celui-ci mène vers un ancien temple gnome qui semble dédié au vent et à la musique, comme en atteste une fresque montrant des prêtres vénérant les pierres chantantes. Le temple est - ou plutôt était - habité par une grande quantité de grimlocks et recèle de merveilleux instruments de musique utilisant le vent de la région. Outre les pierres percées à l'extérieur, on y trouve un genre d'orgue dans l'une des salles du complexe, qui peut servir à ouvrir une porte secrète grâce à un système de pression. Dans la pièce suivante, trois gigantesques cors permettent de compléter l'harmonie de l'orgue avec des notes basses ! Nous y avons laissé de très vieilles partitions dont l'âge ne permettait pas le transport. Il faudrait que j'emmène le barde avec moi pour recopier ces parchemins.

[...]
-Au milieu de la nuit se fait entendre une douce mélodie dans le lointain. Le son vient de l'Ouest et semble provenir d'instruments similaires à ceux présents dans le complexe. Un autre temple peut-être ? Encore habité ?

[...]
-Sur le chemin qui nous ramenait à Attëavalto, nous apercevons au loin une créature volante. Il est difficile de voir les détails, mais elle ressemble à un humanoïde équipé d'une voile gonflée d'air qu'elle utilise pour se mouvoir dans les flots ascendants créés par le relief des collines...

derval

Messages : 21
Date d'inscription : 02/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapport de la séance 1,5 - Effroi dans les collines hurlantes

Message par ironbrain le Mer Fév 07, 2018 11:53 am

Des partitions et des instruments de musique dites-vous chère Flyx ? Voilà qui m'interesse beaucoup. J'aimerai visiter le lieu à l'occasion et peut-être recopier ces partitions ! Et si un un peuple mélomane existe, je veux les rencontrer !

ironbrain

Messages : 64
Date d'inscription : 01/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapport de la séance 1,5 - Effroi dans les collines hurlantes

Message par Konomor le Mer Fév 07, 2018 3:37 pm

Depuis son retour des Collines Hurlantes, Flint est intarissable sur l'ingéniosité des architectes gnomes qui ont conçu le temple des vents que le groupe a exploré. Bien que le travail de la pierre soit peu recherché à son goût, le système de tuyauterie guidant le vent vers d'immenses instruments le passionne. Pour mieux expliquer cette mécanique musicale à ceux qui veulent bien l'écouter, Flint a réalisé un plan du lieu d'après ses souvenirs.


Konomor

Messages : 21
Date d'inscription : 15/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rapport de la séance 1,5 - Effroi dans les collines hurlantes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum